Un pour deux aurait suffi


Crabe géant de Busan

Si ce n’étaient les deux gros aquarium un peu troubles qui gardent l’entrée, on passerait facilement devant cette devanture sans soupçonner l’existence d’un restaurant. Pourtant au premier étage, se cache une petite salle où l’on accède après avoir pointé du doigt les crabes qui composeront notre dîner. On ne s’embarrasse pas en Corée avec l’idée que ces bestioles bien vivantes sous nos yeux, finiront quelques minutes plus tard dans notre assiette.

Deux vraiment ? C’est qu’ils paraissent quand même énormes. C’est sûrement un effet d’optique du à la vitre.

En haut, la salle ne paie pas de mine. Eclairage aux néons, table recouverte d’un film plastique (hum, comme dans Dexter), lino imitation marbre sur les murs et petite télé dans un coin où les serveuses suivent les drama entre deux appels.

La seule star c’est le crabe. Et il arrive siégeant royalement sur une grande assiette après un passage à la vapeur et la découpe experte du poissonnier. Une rapide pensée pour une noisette de beurre demi-sel et un morceau de pain, mais la chair du crabe est si fine que l’on oublie vite notre petit élan de nostalgie.

Une fois, et une fois seulement que l’on a achevé une bonne partie de la bête, on a le droit à la suite. La serveuse récupère alors les bas morceaux pour revenir quelques minutes plus tard avec une soupe et un riz sauté avec les restes. Un dernier verre de soju et nous repartons, les quelques pinces restantes emballées sans manière dans un papier d’alu.

About these ads