Riz gluant

Au nord de la Thaïlande et au Laos, le riz gluant constitue la base des repas. Mis à tremper pendant la nuit, cuit le matin et conservé toute la journée dans un panier en osier, on le mange chaud ou froid. Le riz n’est pas gluant mais plutôt collant. On en prend une poignée, comme nous attraperions un morceau de pain dans la corbeille, et on en fait une petite boule au creux de la main (pas comme un morceau de pain). Cette texture le rend très pratique pour les pique-niques, avec du poulet grillé comme sur les plages de Thaïlande. En revanche, pour les plats en sauce, mieux vaut préférer un riz blanc classique.
  • 500 kg de riz gluant (sticky rice ou glutinous rice)
  • eau
  • éventuellement: un tige de citronnelle, graines de sésame, cacahuète, noix de coco râpée …
  1. Placer le riz dans une passoire pour le rincer à l’eau courante, en pressant le riz avec la paume de la main. L’eau doit devenir le plus claire possible. L’opération doit être réalisée assez rapidement pour que le riz n’absorbe pas l’eau de rinçage pleine d’amidon.
  2. Faire tremper le riz dans de l’eau pendant une nuit (ou 3-4 heures dans de l’eau chaude, en remuant régulièrement).
  3. Essorer le riz et le placer dans un panier vapeur en bambou (ou dans un linge puis dans la partie supérieure d’un couscoussier).
  4. Couvrir lorsque la vapeur commence à s’échapper entre les grains de riz.
  5. Laisser cuire 30 à 40 minutes, selon l’épaisseur de la couche du riz en remuant à mi-cuisson.
  6. Servir chaud ou froid. Conserver dans un panier en bambou. Pour le réchauffer, on peut le repasser rapidement à la vapeur.

N.B. Pour parfumer le riz, on peut ajouter pendant la cuisson une tige de citronnelle coupée en deux et glissée au milieu du riz (parfait pour accompagner un poisson à chaire blanche) ou une c.s. de noix de coco râpée. On peut aussi, une fois cuit, saupoudrer le riz de graines de sésame et de cacahuètes pilonnées (parfait pour accompagner du poulet).